visite de la rade de Toulon et du sous-marin Casabianca

Journée à l’arsenal de Toulon

Ils étaient une quinzaine, jeunes ou moins jeunes, pour aller visiter l’arsenal de Toulon ainsi que le Sous-marin Casabianca. Chacun a pu passer une excellente journée et s’enrichir d’une partie du riche passé de notre Marine Nationale, et notamment de l’histoire, souvent discrète de ses sous-mariniers.

Merci à Notre Marine Nationale pour nous avoir accueillis. Nul doute que ce jour restera longtemps dans les mémoires des participants.

L’histoire du Sous-marin Casabianca

Le Casabianca est un sous-marin « de grande patrouille » entré en service en 1936. Il est resté célèbre pour s’être échappé de Toulon lors du sabordage de la flotte le 27 novembre 1942 afin de reprendre le combat Il s’illustra en participant à la libération de la Corse pendant la Seconde Guerre mondiale sous les ordres du capitaine de frégate Jean L’Herminier. Il assura la liaison entre la France occupée et l’état-major.

En décembre 1939, il escorte le convoi HX 11, puis effectue des missions sur les côtes de la Norvège.

Le 27 novembre 1942, alors que l’invasion de la zone libre par l’Allemagne va entraîner le sabordage de la flotte française à Toulon pour empêcher qu’elle ne tombe entre les mains des troupes allemandes, le capitaine de corvette Jean L’Herminier, commandant du « Casabianca », préfère appareiller. En accord avec ses officiers et son équipage qui veulent reprendre le combat avec les Alliés, il décide de faire route sur Alger. Lors de la sortie de la rade de Toulon, il est attaqué par des avions allemands, et arrivé près des côtes algériennes, dépourvu des codes de reconnaissance des Alliés, il est inquiété par un destroyer de la Royal Navy au moment où il fait surface, avant de se faire reconnaître.

Le Casabianca sert principalement à des missions de renseignement et de ravitaillement en hommes et armes, missions souvent périlleuses comme dans le cas de l’opération Pearl Harbour au profit des maquisards corses. Le rôle du Casabianca aura été déterminant pour la libération de l’île en septembre 1943, lui qui porte le nom du plus prestigieux marin natif de cette île, mort héroïquement à la bataille d’Aboukir.

Le Casabianca est désarmé en 1952.

Décorations

Cité 7 fois dont 6 à l’ordre de l’armée de mer, le sous-marin Casabianca est décoré de la croix de guerre 1939-1945 et arbore la fourragère rouge de la Légion d’honneur dont le sous-marin nucléaire d’attaque homonyme perpétue la mémoire (Casablanca).

A titre de récompense, le commandant L’Herminier reçut de l’amiral commandant le groupe de sous-marins britanniques basé à Oran un Jolly Roger (pavillon “pirate” à tête de mort et tibias entrecroisés) qui est traditionnel chez les sous-mariniers anglais pour afficher leur tableau de chasse, suivant un code bien défini. Ainsi le Jolly Roger du Casabianca s’orne de sept dagues (correspondant aux missions secrètes) et des barres blanches et rouges correspondant aux navires coulés (à la torpille ou au canon suivant le cas)5.

petit groupe de visite
Dans le sous-marin
ENtrée dans le sous-marin

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut